Une étape dans la “Chronogénèse” du guillaumisme: L' architectonique du temps dans les langues classiques

Authors

  • Pierre Swiggers

DOI:

https://doi.org/10.4312/linguistica.24.1.61-75

Keywords:

Une étape dans la “Chronogénèse” du guillaumisme, L' architectonique du temps dans les langues classiques

Abstract

C'est en 1945 que paraît, à Copenhague, un mince livre dé-dié à Joseph Vendryes et qui - s'intituie L' Archi tectonique du temps dans les langues classiques. L'auteur de l'ouvrage s'était déjà signalé, seize ans auparavarit, parun remarquable traité, clair et pénétrant, sur la représentation du temps. Mais si dans Temps et Verbe Gustave Guillaume s'était appliqué à étudier la construction du temps à l'image de -l'espace-, dans L' Architectonique du temps "il est établi que, non représentable à partir de lui-même, il [le temps] emprunte ses moyens de représentation à l'espace, et qu'il est,-lui, recouvert d'une représentation spatiale, en l'absence de laquelle nous ne le connaîtrions  que comme expérience: ce qui ne serait pas le connaître".

Downloads

Download data is not yet available.

Published

01.12.1984

How to Cite

Swiggers, P. (1984). Une étape dans la “Chronogénèse” du guillaumisme: L’ architectonique du temps dans les langues classiques. Linguistica, 24(1), 61–75. https://doi.org/10.4312/linguistica.24.1.61-75

Issue

Section

Articles